Condroz 2017
Partners

INFORMATION
Le Royal Motor Club de Huy (R.M.C.H.) interrompt cette année l’organisation des « 12 Heures de Huy », la convention n’ayant pas été renouvelée avec le détenteur des droits sur le nom.
Le R.M.C.H. envisage l’organisation en 2018 d’une nouvelle épreuve pour véhicules historiques.
Entretemps, il vous donne rendez-vous les 3, 4 et 5 novembre lors de la 44ième édition du « Rallye du Condroz-Huy ».

Un peu d'histoire?

Seuls les vrais passionnés se souviennent qu'en 1953 déjà, un premier rallye appelé les "10 heures Condroz-Hesbaye" (du nom des 2 régions géographiques qui ceinturent la ville mosane) a existé. La grande particularité, c'est que ce rallye de régularité se courrait seul à bord. Les concurrents devaient parcourir un itinéraire composé de 4 boucles, soit quelques 500 km, en respectant la moyenne de 50 km/h.

L'année suivante, l'aventure se poursuit sous le nom des "Douze heures de Huy". L'épreuve allait compter pour le "1e Critérium de Belgique, Sport et Tourisme", encadré par le RACB, qui allait devenir le Championnat de Belgique 1956.

Déjà, une étape spéciale sur routes fermées était créée à 60 km/h de moyenne: les célèbres Poudreries de Clermont. Si cette épreuve est restée dans la mémoire populaire, c'est bien évidemment grâce à son caractère particulier dû à l'absence de navigateur, mais aussi et surtout parce que cette manifestation était un succès auprès de la population. Il s'agissait de l'événement automobile de l'année à une époque où avoir un véhicule était encore un luxe.

L’absence de navigateur obligeait les organisateurs à afficher la carte du parcours 1 mois à l'avance pour que les pilotes puissent reconnaître et mémoriser l'itinéraire. Cela mettait incontestablement de l'animation les jours et semaines précédant la course.

Au fil des ans, les "Douze heures de Huy" sont devenues incontournables et uniques. Pourtant, en 1966, l'accident de "Vittel" au second passage de l'étape spéciale de la Poudrerie de Clermont allait compromettre cette épreuve. Le rallye se poursuivit les années suivantes, mais sans grand enthousiasme et 1969 sera sa dernière édition.

Mais la machine est enclenchée et une poignée d’irréductibles Hutois reprennent le flambeau. En septembre 1974, le 1er Rallye du Condroz accueille les cadors de la discipline. Mais cette fois, nous entrons de plein pieds dans l’ère des épreuves routières modernes puisqu’un copilote monte désormais à bord pour lire les notes alors que le parcours se déroule entièrement sur des routes, et des chemins, fermés à la circulation.

Le succès est sans précédent. La population répond positivement et son accueil fait partie des qualités indéniables de l’épreuve. Les routes empruntées donnent également tout son cachet à l’épreuve avec des longues courbes, des virages serrés et des passages d’anthologie au beau milieu des champs de Hesbaye et du Condroz. L’année suivante, l’épreuve se dispute au mois de novembre. La météo n’est guère clémente, les chemins sont boueux à souhait, les routes sont recouvertes des terres véhiculées par le ramassage des betteraves. N’en jetez plus! Le Condroz a trouvé sa légende!

Ils seront dorénavant nombreux à se présenter au départ de l’ultime manche du Championnat de Belgique pour s’affronter une dernière fois dans des conditions souvent apocalyptiques. Mais ce sont celles-ci qui feront de leurs victoires des moments inoubliables qui se transmettront de génération en génération, construisant, année après année la réputation d’un rallye qui atteindra les sommets de la compétition routière belge en s’étant rapidement hissé aux côtés des Boucles de Spa, aujourd’hui disparues, et du Rallye d’Ypres!  

Le 24 février 2016, Le « Motor Club de Huy » a été reçu au Palais Provincial. l’Association ayant promérité le titre de Société Royale, le Gouverneur lui a remis officiellement les signes et documents y afférents selon la volonté de Sa Majesté le Roi.

Updated on 01/03/2016